Carnet de voyages, premier – Un été à Oléron.

Connais-tu ces plantes ? Ce sont des Passe-roses. Sur l’Ile d’Oléron, elles poussent comme de la mauvaise herbe ! Et quelle jolie mauvaise herbe…

Depuis quelques semaines, elles sont en fleurs. Il m’arrive d’en croiser dans les jardins, ici, en Auvergne. C’est d’ailleurs en les voyant que je repense à cette île et que j’ai eu envie de te raconter cette histoire…

Cette histoire commence par une recherche de stage (pas trop fun). Pour valider ma licence, je souhaite partir le faire à l’étranger. Je m’imagine déjà dans une boîte de prod au Monténégro quand je vois passer une annonce dans mes mails étudiants.

Stage Animateur Multimédia dans un village vacances sur l’île d’Oléron

À ce moment-là, cette île, je peux à peine la situer sur la carte de la France. Mais je sens que je dois répondre à cette offre…


C’est un dimanche de mai que mon aventure commence. Avec mon gros sac à dos et mon matos photo, j’embarque pour débuter mon stage sur l’île. Le village vacances est presque vide en moyenne saison. Mais dès les premières sorties, je tombe amoureuse de paysages océaniques Oléronais.

Des couleurs pétantes, une cabane de pêcheur turquoise. Une écriture enfantine, des coquilles d’huîtres géantes. Du charme.
Je déclenche! « eh tu sais que les saquettes ça veut dire chiottes? »

Ainsi soit-il !

15 mai 2019

Le monde marin me fascine depuis toujours. Quand je me retrouve face à l’Océan, le silence m’envahi. Ce matin-là, j’accompagnais un groupe pour une visite de Saint-Trojan. Claudie, la guide touristique, racontait l’histoire du continent, face à nous. Je ne pouvais entendre car mon esprit tout entier était absorbé par ces couleurs incroyables.
Quand je photographie et que j’édite mes photos, j’essaie de mettre mes émotions dans l’image. Parfois ça ne marche pas, mais ce jour-là, j’ai fractionné mon âme pour en déposer un morceau sur cette image… Je m’appelle Océane…

14 juin 2019

Le bout au vent.

L’équipe du village se complète, les vacanciers arrivent, l’île s’anime peu à peu mais ce que je préfère ce sont les paysages sauvages et les plages vides, ou presque. Oui, parce qu’il faut le dire, l’Île d’Oléron en pleine saison, c’est une vraie fourmilière. Moi je la préférais quand il n’y avait personne.

La lune qui chuchotait à la dune.

Des choses, on en a visité et des kilomètres, on en a fait ! J’ai pu traverser la forêt domaniale de Saint-Trojan-les-bains quotidiennement, prendre le petit train de Saint-Trojan à souhait. Goûter aux bourrasques de vent de la pointe de Maumusson, pédaler à travers le marais des bris. Monter les 224 marches du phare de Chassiron, deux fois ! Regarder les plus beaux couchés de soleils avec des copines extraordinaires…

Cette forêt ressemble aux forêts enchantées dans les contes de fées…


Bruyant à travers la forêt, le petit train te mène à la pointe sud de l’île, Maumusson. La légende dit que par temps dégagé, on peut y voir les Amériques…

Cet endroit magnifique est aussi un des plus dangereux de l’île. Le croisement des courants créé un mouvement dangereux dans l’eau. La baignade y est interdite mais, le spectacle reste splendide !


Le marais des bris.


J’ai vu le monde, en plus beau.

12 juillet 2019

Le phare de chassiron est incontournable quand on est en vadrouille à Oléron. J’ai tellement aimé ma première visite avec le groupe qu’on accompagnait que, quand mon chéri m’a rendu visite sur l’île, j’ai voulu lui faire découvrir. Il existe un petit chemin qui longe la côte du centre de Saint-Denis-d’Oléron jusqu’au Phare : 46°02’29.0″N 1°23’09.1″W. Nous avons suivi ce sentier plein de poésie et je suis tombée amoureuse de l’Océan encore une fois.

Chemin de poésie

Une fois en haut, si tu ne te fais pas embarquer par une bourrasque de vent, tu pourras contempler la peinture des marées, des routes sillonnant les terres et une rose des vents titanesque.


Il faut le dire, cette aventure aurait été toute autre sans ces femmes extraordinaires …


Et puis il faut que je te raconte ce jour où j’ai ouvert les portes dorées du ciel et de toutes ses merveilles. En quittant l’île ce soir-là, j’ai été interpelée par la lumière derrière moi. Regarde ce spectacle…

Un soir en rentrant sur Angoulême, la lumière était tellement belle sur le viaduc que j’ai décidé de me perdre sur la côte pour faire des photos. 

Je suis arrivée entre des vieilles cabanes ostréicoles, face à l’île. Je suis restée bouche bée face au spectacle qui s’offrait à moi.

Une lumière or descendait sur Oléron, répandant des couleurs resplendissantes..

13 juillet 2019

45°50’58.0″N 1°09’59.2″W

J’ai toujours aimé les bateaux, sans doute parce que mon grand père était marin. Je ne l’ai jamais connu mais, c’est comme si ma passion pour la mer venait de lui.

16 juillet 2019

Dites bien à la Océane de dix ans qu’elle verra le Fort Boyard bientôt…


Clem nous a fait découvrir ce petit restau plein de douceur, le Maha Prana. Une cuisine 100% végétale, locale et de saison. Préparé avec amour par Valérie et Samuel. Si tu passes Oléron, cet endroit est incontournable, les plats y sont excellents et le cadre magnifique…


Et puis j’ai ouvert une porte vers mes rêves, en réalisant mon baptême de plongée. Alors, ce n’était pas vraiment ce que j’avais imaginé car, la houle avait remué les fonds et l’eau était tellement trouble qu’on y voyait pas à 1 mètre ! Mais ce jour-là, j’ai découvert une sensation incroyable : respirer sous l’eau. Je ne me suis jamais autant senti dans mon élément que dans la flotte, je crois que dans une autre vie j’étais une sirène…


Viens, je vais te faire découvrir un bel endroit Océane !

Claudie

La route des huîtres.

Témoignage d’une histoire d’Ostréiculteur.


Plage de Gatseau

Tous les soirs à la tombée du jour, le soleil nous offre le spectacle le plus magnifique de l’île. Sur les plages à l’ouest, tu pourras admirer les nuances de couleur de l’astre couchant sur l’Océan Atlantique. Les surfeurs sont souvent au rendez-vous.

J’ai vu le ciel s’embraser

Grande Plage à marée basse

L’épave de Saint Trojan, cette faille dans le temps qui nous rappelle que nous ne sommes que de passage sur cette planète. J’ai vu l’eau la dévorer de ses vagues hautes, puissantes et l’engloutir toute entière en une petite heure. Tu peux l’observer à marée basse à Grande Plage.

Les couchés de soleil Oléronais resteront les plus belles images que j’ai vu de cette île…


Il est un secret que seuls les Oléronais comprennent. La couleur salée de l’iode que l’on ne trouve aucunement pareil ailleurs. Une forêt mouvante et lumineuse. Un vent brut, franc. La peinture des marées. Le charme fou d’un lieu presque éphémère où Monsieur Océan grignote un peu plus chaque jour des morceaux sableux. Le jour où tu respires ces couleurs, ton âme en reste marquée à jamais. Une partie de mon coeur est encore là-bas, car il ne veut plus quitter cette odeur de liberté…